Les prêts immobiliers n’ont jamais coûté aussi peu cher, pourquoi ?

- Financement -

Les taux immobiliers ont considérablement chuté ces derniers mois, particulièrement en avril et en mai. A en croire les spécialistes, les taux de prêt immobilier n’ont jamais été aussi faibles depuis 2016, ce qui motive plus que jamais les Français à emprunter. Mais concrètement, qu’est-ce qui justifie cette baisse considérable des taux d’emprunt dans le secteur de l’immobilier ? Éléments de réponse !

Prêt immobilier : une baisse de taux record ?

prêt immobilierSelon l’observatoire Crédit Logement/CSA, jamais par le passé l’accès aux crédits immobiliers n’aura été rendu aussi facile par les établissements bancaires. L’emprunt immobilier n’a jamais été aussi intéressant qu’aujourd’hui, et au nombre des facteurs les plus encourageants, figure le faible niveau des taux, en baisse continue depuis plusieurs mois. Comme annoncé par Vousfinancer et bien d’autres courtiers de référence, les taux en matière de prêt immobilier ont chuté en dessous des plus bas niveaux historiques de la fin de l’année 2016.

Dans le détail, et sur l’ensemble du premier trimestre 2019, les taux se sont élevés en moyenne à 1,15% sur 15 ans, 1,32% sur 20 ans et 1,55% sur 25 ans, du jamais vu depuis les précédents records de novembre 2016 ! Comment s’explique de façon concrète cette baisse observée ? Simplement par la chute des coûts des ressources des banques (qu’elles utilisent pour financer leur prêt), qui n’ont jamais été aussi faibles !

Contrairement à leurs homologues espagnoles ou américaines qui se financent sur le marché obligataire, les banques françaises, lorsqu’elles accordent un prêt immobilier, financent l’emprunt environ aux deux tiers grâce à la mobilisation de l’épargne de l’ensemble de leurs clients. Or, en France, la rémunération de l’épargne est particulièrement faible, et parallèlement, les volumes d’épargne sont très abondants. On en veut notamment pour preuve les encours réunis du Livret A et du Livret de développement social et solidaire, qui s’élèvent à 400 milliards.

Le taux du Livret A est aujourd’hui de 0,75%, soit plus de deux fois moins que l’inflation. Les coûts de ressources pour les banques sont donc négligeables, et cela se ressent sur les taux pratiqués en matière de prêt immobilier. La baisse des taux n’est toutefois pas le seul indicateur à prendre en compte pour comprendre pourquoi les emprunts coutent aussi peu cher en 2019.

Une durée moyenne d’emprunt qui augmente paradoxalement ?

Un deuxième indicateur à prendre en considération, c’est la durée moyenne des prêts. Si les taux ont chuté récemment, la durée des emprunts a quant à elle bondi en quelques années à peine, un véritable paradoxe. Pour rappel, l’allongement de la durée d’emprunt n’est pas nouveau puisqu’il date de 2015 (plus d’informations à ce propos sur Immoz.info). Cela dit, il n’a jamais été aussi important, car la durée moyenne de prêt immobilier est passée de 213 mois (moins de 18 ans) à 229 mois (plus de 19 ans) entre le quatrième trimestre de l’année 2017 et le premier trimestre de l’an 2019.

Chaque mois qui s’écoule, la durée moyenne des emprunts augmente donc aussi d’un mois, une très bonne nouvelle pour les ménages modestes, et notamment les jeunes. En effet, l’allongement de la durée d’emprunt leur donne la possibilité d’accéder à la propriété sans être pénalisés, eux qui ne pouvaient jusque-là emprunter qu’avec un taux zéro. Jamais le remboursement annuel du crédit des ménages n’avait été aussi faible !

A quand la remontée des taux ?

En considérant le taux de rémunération de l’épargne, mais aussi le taux de la Banque centrale européenne, la remontée des taux de prêt immobilier ne devrait pas se faire avant le printemps, voire l’été 2020, selon les spécialistes.