Investissements immobiliers : comment investir dans le crowdfunding ?

- Divers -

Depuis 2014 les personnes désirant épargner en France ont la possibilité d’investir dans la pierre selon un nouveau procédé, le crowdfunding immobilier. Ce concept connaît aujourd’hui un vif succès si l’on considère les 373 millions d’euros collectés en 2019. Une nouvelle manière d’investir qui ne cesse d’attirer de nouveaux épargnants.

Le Crowdfunding immobilier, un placement financier attractif

Le crowdfunding immobilier appelé aussi « financement participatif » est un placement financier qui permet de cofinancer un programme immobilier ou de réaliser un investissement locatif grâce à plusieurs prêteurs. Ce mécanisme, régi par l’ordonnance du 30 mai 2014, autorise ainsi toute personne physique ou morale à soutenir en fonds propres un promoteur immobilier dans le cadre d’une construction ou d’une rénovation tout comme un marchand de biens immobiliers lors d’une réhabilitation par exemple.

Ce procédé de financement se met en place grâce à une plateforme de financement participatif qui fait le lien entre les deux parties. La plateforme peut aussi proposer aux investisseurs de devenir actionnaires dans des sociétés foncières spécialisées en investissements locatifs.

Les placements sont prévus à court ou moyen terme (le plus souvent entre 12 à 36 mois) pour permettre aux investisseurs de récupérer rapidement leur mise. Le promoteur ou porteur du projet immobilier optimisera quant à lui ses chances d’obtenir un prêt bancaire.

Tout le monde peut réaliser un placement dans l’immobilier via le crowdfunding car la mise d’entrée, selon les plateformes varie entre 100 €et 1000 €. Le concept garantit des rendements particulièrement intéressants soit un intérêt entre 7 et 11 % et un taux de rentabilité moyen de l’ordre de 9,2 % (chiffres 2019)

Comment investir dans le crowdfunding

Pour concrétiser un financement participatif immobilier vous devrez suivre une certaine procédure qui comprend :

  • L’inscription gratuite en quelques clics sur le site de la plateforme choisie. Un formulaire d’inscription réglementé par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) vous est proposé permettant de récolter des renseignements sur votre profil d’investisseur mais aussi de vous avertir des conditions et des éventuels risques de l’opération.
  • Le renseignement sur le choix du projet immobilier que vous souhaitez aider puis sur le montant que vous désirez abonder. Le formulaire d’inscription se termine ensuite par sa signature électronique. À noter que cette inscription ne vous engage en rien en tant qu’investisseur.
  • L’envoi pour une personne physique d’un justificatif d’identité en cours de validité et pour une personne morale, d’un extrait Kbis avec attestation de domiciliation. L’investisseur est tenu informé par mail de l’avancement du projet tous les 3 mois.

Quelques conseils

Même s’il reste très attractif ce procédé doit être envisagé avec prudence. Les principaux risques résident dans la faillite des professionnels faisant partie du projet, dans la non-vente des logements ou l’augmentation de la mise de départ. Certaines précautions sont donc indispensables à commencer par :

  • Le choix de la plateforme qui doit limiter les risques de l’investisseur. Elle doit notamment sélectionner ses promoteurs et prévoir que le financement immobilier passe de préférence par une SAS. La plateforme doit aussi être inscrite à l’ORIAS et être encadrée réglementairement. Elle doit posséder le statut de CIP (conseiller en financement participatif).
  • Le choix du promoteur qui doit avoir souscrit une assurance «tous risques chantier» et prévu une marge de sécurité pour pallier tout retard de livraison. S’assurer de l’expérience et de la fiabilité du promoteur est un gage de sécurité bien que les projets présentés par les plateformes de financement participatif sont généralement examinés par un comité de professionnels de l’immobilier.

Dernier conseil, pour limiter les risques, il est préférable d’opter pour plusieurs petits placements dans plusieurs projets sur différentes plateformes plutôt qu’un seul gros investissement immobilier.